Les trajectoires en cyclisme sur route

Les trajectoires sont une thématique rarement abordé lors de l’entraînement cycliste traditionnel néanmoins il s’agit d’un facteur déterminant de la performance notamment dans les courses où les virages se retrouvent très souvent comme sur les critériums ou les cyclo-sportives et autres courses en montagne.

 

 

Qu’il s’agisse de gagner du temps sur ses adversaires ou du moins ne pas en perde, tout en prenant le moins de risque possible, une bonne trajectoire est nécessaire. Il ne faut pas aussi négliger d’autres facteurs techniques pour prendre un virage rapidement comme le freinage, chercher à rabaisser son centre de gravité (donc mettre les mains en bas, coudes fléchis), mettre sa pédale extérieure en bas ou regarder là où l'on souhaite aller.

Avant de parler de trajectoire voici les termes qui sont utilisés pour définir les différentes étapes :

 

  • Le point de braquage est le point extérieur au virage à partir duquel on commence à tourner. (le point 3 sur l'image).
  • Le point de corde correspond à la zone où l’on passe le plus près de l’intérieur du virage (le point 4 sur l'image).

 

Les principales idées pour avoir une trajectoire efficace sont :

  • Le chemin le plus court n’est pas nécessairement le plus rapide 

 

  • Passer un virage vite c’est bien mais sortir d’un virage avec de la vitesse c’est mieux ! L’objectif oublier bien souvent par de nombreux cyclistes n’est pas de passer le virage le plus rapidement possible mais de ressortir de ce virage avec le maximum de vitesse. Et pour avoir une sortie rapide, souvent l’entrée doit être lente car cela permet d’avoir un rayon de braquage plus important et ainsi pouvoir lâcher les freins et relancer (si besoin) plus tôt.

 

  • Exploiter toute la largeur droite de la route (sauf sur route fermée), en entrée de virage élargir au maximum sur l’extérieur du virage. En opposition le point de corde doit être le plus à l’intérieur possible du virage. La sortie suit le même principe (si les virages ne s’enchaînent pas) en cherchant à aller le plus à l’extérieur possible.

 

  • Retarder le point de braquage. Un Point de braquage tardif est plus sécuritaire car il permet de s’assurer de ne pas manquer de place en sortie de virage. A part pour les longues courbes, si l’on cherche à avoir le virage le plus sécuritaire possible il faut rester à l’extérieur de ce dernier et plonger à l’intérieur qu’une fois que l’on voie la sortie.

 

  • Avoir un point corde tardif. La plupart des virages requièrent un point de corde tardif souvent au 2/3 du virage. La trajectoire fréquemment utiliser en arc de cercle (avec un rayon de braquage constant) n’est donc souvent pas la bonne.

 

Le but étant de trouver le meilleur rapport entre le rayon de braquage (le plus faible possible pour une vitesse importante en virage) et des points de braquage et de corde tardifs permettant d’avoir plus de vitesse en sortie de virage.

 

En conclusion, chaque virage a une trajectoire qui lui est spécifique qui de plus peut varier en fonction des conditions climatiques et de la qualité du revêtement. Il faut donc chercher par essai/erreur la trajectoire idéale pour chaque type de virage en les répétant de nombreuses fois. Il ne faut pas non plus chercher à reproduire les trajectoires des meilleurs descendeurs, si vous ne maîtrisez pas complètements les autres aspects techniques du virage cela vous conduira sûrement à la faute. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0